Depuis l’attaque du 7 octobre, les médias ne parlent que du Hamas, comme s’il était le seul mouvement palestinien existant. Pourtant, de nombreuses autres organisations politiques – parfois clandestines – sont actives au sein de la société palestinienne. Un article a retenu particulièrement notre attention. Il montre la diversité des mouvements présents. En complément, une liste des partis politiques de Palestine s’efforce d’être exhaustive.

Hamas, Fatah, Djihad islamique palestinien… Retour sur la mosaïque de mouvements palestiniens

L’attaque du 7 octobre menée par le Hamas contre Israël a placé le mouvement sur le devant de la scène médiatique, faisant de facto de lui le héraut de la cause palestinienne1https://www.lemonde.fr/en/international/article/2023/11/26/how-hamas-became-the-leader-of-the-palestinian-national-movement_6290585_4.html, et oblitérant par là même des médias les nombreuses autres organisations politiques ou clandestines palestiniennes.

Pourtant, le Hamas n’incarne pas, à lui seul, les Palestiniens : si le mouvement d’Ismaël Haniyeh contrôle la bande de Gaza depuis 2007, le Fatah règne quant à lui sur l’autre entité politico-territoriale palestinienne qu’est la Cisjordanie, où les Palestiniens contrôlent un archipel de territoires toujours plus morcelés par la colonisation israélienne. À ces deux grands mouvements politiques s’ajoute une pléiade d’organisations palestiniennes armées, allant de la branche armée du Hamas – les Brigades Izz ad-Din al-Qassam – au Djihad islamique palestinien en passant par des groupuscules d’ampleur très variable actifs notamment en Cisjordanie et qui s’avèrent, pour la plupart, composés des déçus du Fatah et d’autres mouvements.

L’intensité du conflit et des opérations militaires menées tant par les forces israéliennes que le Hamas — flanqué du Djihad islamique palestinien — ont plongé dans l’ombre ces autres mouvements palestiniens, pourtant incontournables dans l’équation politico-sécuritaire palestinienne et, plus encore, dans « l’après-Hamas » ou, du moins, dans la recherche d’une période de stabilisation durable du conflit et de sa résolution potentielle, alors qu’un premier accord de cessez-le-feu a été conclu sous l’égide d’une médiation qataro-égyptienne.

Cet article entend ainsi présenter les acteurs de la mosaïque politique et militaire palestinienne et leur rôle sur l’échiquier géopolitique tant intérieur que régional. Après un rappel de la situation territoriale et juridique des Palestiniens, seront étudiés successivement les mouvements politiques et armés).

[…] Pour lire la suite de l’article d’Émile Bouvier…

En complément, une présentation des partis membres de l’OLP, de ceux membres du comité de résistance populaire et d’autres :
Notes